Restez connecté à l'univers CDLK

The use of data for banks

The use of data for banks

Tags : Banque Big Data Innovation

Juin 2017

Article from the  Financial IT on June 2017

If oil was thought to be the most valuable commodity at the beginning of the 20th Century, then data has now assumed a similar role in the post industrial age that is the 21st century. Customer experience is at the heart of the new banking model, and data is its most valuable commodity. Banks have always held vast amounts of data. The problem they have faced is that historically they have not been good at interpreting and extracting insight and value from it.  This situation is changing as financial services adjust to a new competitive environment in which the ability to identify value and insight from data becomes ever more critical.

Voir plus

Competition from challenger banks alongside new legislation is changing the bank business model. Regulators in the UK and in Europe want to increase competition in the market by pushing towards an 'open banking' model.

Open banking will require banks to share data that they have historically held exclusively, with consumers and third parties. Third parties can access this data by connecting directly to customer bank accounts via a standard Application Programming Interface (API). This access will allow third parties to build products on a bank's infrastructure, enabling new services to be delivered and specifically tailored to the needs of different customers.

Open banking brings bank data, customer data and third party providers together and will radically transform the relationship between banks and their customers. With this development, banks need to reconsider how they create value – it will require banks to adopt a customer centric and data centric view on how they do business.  New businesses will be born on the promise of aggregated real time data analysis, customers controlling not only how they share their 'financial selves' but also assembling the financial relationships they want and need.

Banks must identify where the value case exists for insight from their data. Banks should begin with the customer experience both in terms of matching customer need, anticipating customer requirements, and improving communication to customers. This communication is not simply about selling more products, it includes the servicing experience that customers receive. Data is also helping banks streamline processes such as KYC (Know Your Customer) and underwriting that are benefiting customers.

Open Banking and regulations such as PSD2 has created an environment of permissive data sharing. This has increased the value of customer data. Customers can look forward to giving explicit permission for their own personal transaction data to be shared with third parties and to authorise payments direct from current accounts. This development is at the very heart of Open Banking. It is one of the drivers that are changing the dynamic of customer interaction with institutions and their ability to share information in real time and get real-time responses.

Moving from 'Big Data' to Fast Data'

Banks already possess vast amount of data but deriving greater value and insight requires the need for 'Fast Data'. Big data as the term suggests describes large amounts of structured and unstructed data that require orchestration.The defining feature of fast data is the rapid gathering and analysis of data in real time. It is about the ability to consume, analyse and execute on the insight generated from multiple data sources.  The difference between big and fast data is in the accessibility and utilisation of the data to create value.

Open Banking has increased the opportunity for banks and other third parties to consume data in real time on a customer's transaction history. They need to analyse and gain value from this data in a meaningful timeframe. This means in seconds and not days or weeks. Ultimately, fast data is about the ability to churn vast amounts of data quickly and derive insight. Unlike big data which focuses on storage, fast data takes a consumption orientated view of data. Fast data provides a richer context in terms of analysis and decisions making. This enables banks to provide added value to their customers; ultimately leading to an enhanced and more personalised customer service and experience.

 

Cognitive Banking

Improving the digital banking process involves embracing what can be termed cognitive banking. Cognitive banking should be viewed as an evolution. In the world of digitalisation and the digital economy, cognitive banking expresses all the digital banking requirements and more Cognitive banking is about having fast data, good User Experience and Interfaces (UX & UI) for customers. In addition it  includes automatic or robotic artificial intelligence, deployed in executing data quickly, accurately, cost effectively and predictably.

Not only do banks need to provide services in a digital way, part of the equation now involves reaching conclusions on the engagement strategy with their customer base either directly or indirectly on real time data from multiple data sources. This forms part of the cognitive banking process; it encompasses the analysis, processing and production of insights – new products and deeper more targeted customer value if you like.

Banks are working hard to apply this paradigm to establish new business opportunities by identifying how customers consume and are made aware of products. Decisions can be made on which additional services can be offered to secure customer loyalty along with understanding how banks should communicate specifically with individuals through applying more behavioural analytics to segmentation.

If banks apply greater machine learning and artificial intelligence techniques and technology, they can create a far more personalised, focused message. One that is targeted more effectively and with the added benefit of improving each customer's appreciation of what their bank can do for them. The holy grail of marketing has traditionally been the customer segment of one because everyone is, in the end,an individual. We have yet to reach that point but banks are on a path towards becoming more accurate in identifying and understanding who their customers really are. Data is critical to this.

The competitive advantage that data brings to incumbents

In 2015, when speaking about digital transformation, the CEO of Spain's largest banks BBVA, Francisco Gonzalez said that data was the most important competitive advantage that banks have. He said:

“Banks should become data-driven organisations in order to deliver knowledge banking: new and better financial products and services based on information and better suited to every customer's needs and expectations."

Faced with increased competition from challenger banks and fintechs, data provides incumbents with an inbuilt advantage that if harnessed successfully will help maintain their dominate position within given markets. They already possess large established customer bases and segments compared to challenger banks. With this presence, incumbents can extrapolate valuable data. This customer base gives incumbents insight which challenger banks do not have. In terms of data access, it is this which gives them a competitive edge over challenger banks.

In the era of Open Banking, the value incumbents can derive from data becomes more significant. How banks choose to consume and monetise their data is an open field. It becomes permissible for banks enable third parties to access segmentation information about their customer base which details consumer consumption behaviour. This permissive data which customers have agreed to share is an important development. The opportunity to sell insights based on segmentation knowledge is a value driver for incumbents which challenger banks do not have. This ability to sell insights to third parties presents potential new revenue streams for incumbents.

The relationship between banks and customers is being radically transformed through Open Banking, new technologies and increased market competition. What we see  are three main areas that banks are addressingto harness data;

Firstly, they must utilise data to better understand the customer experience. This involves identifying the most appropriate communication strategy and messaging in the right context for customers. Data provides an opportunity to obtain a much deeper knowledge and understanding of customers. This allows for a more personalised and insightful customer experience.

Secondly, banks need to know their segmentation. In an environment of fast data, banks can consume large quantities of data in real time. This helps drive a more accurate understanding of customers and the context in which they are operating in whether from a business or personal perspective. Fast data enables more insightful decisions based upon the greater number of factors that can now be considered real time, supporting accuracy of underwriting and the matching of need with solutions better.

Finally, banks must identify what value they can bring to their customers. This can involve better pricing and targeting of products and services from the bank to customer. Equally, with the advent of Open Banking, products and services can be provided through third party partnerships. Banks are no longer obliged to provide all services to their customers. Digitalisation and cognitive banking is about banks recognising where value can be created for their customer. In many cases added value will come from a third party and not from banks.

Exploiting the value of data involves banks bringing together many disparate elements of banking and financial services that meet the needs of customers. Those banks that can help manage and orchestrate these services will be successful as they can take value from their enhanced customer relationship. In order to be successful, banks need to have a clear understanding of their data estate, it must be built in a way that facilitates real time engagement, efficiently alongside an understanding of how they consume third party information. They must augment this data and understand how they derive insight.

Many banks have a long journey ahead before they reach this point but in understanding the true value of data they possess, they will be in a far stronger position to deal with the competitive opportunities they face in the Open Banking era.

Fermer

Le Match : App de services ou app de paiement ?

Le Match : App de services ou app de paiement ?

Tags : App Carte Bancaire Cashback CDLK CLO Innovation

Mai 2017

Article publié sur le blog  C'est pas mon idée  le 17 mai 2017

...  Operé techniquement par la solution de la Fintech CDLK, le dispositif du Programme CLO de LCL est extrêmement simple du point de vue du client : tout porteur de carte de la banque peut s'inscrire au programme Avantage+, qui lui permet de recevoir des offres de « cashback » sur ses achats, sans intervention de sa part. À chaque fois qu'il réalise une dépense qualifiante avec sa carte, sa cagnotte est alimentée et celle-ci peut être reversée sur le compte courant dès qu'elle atteint le seuil de 20 euros ...

 

GDPR : Une mise en place pour mai 2018 ?

GDPR : Une mise en place pour mai 2018 ?

Tags : Big Data CNIL GDPR

Mai 2017

Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la Cnil demande aux entreprises d'être prêtes pour l'entrée en vigueur du règlement européen sur les données personnelles (GDPR) qui sera applicable à compter du 25 mai 2018. Reste à savoir comment des acteurs qui gèrent des millions de données personnelles pourront être opérationnels à date tant les nouvelles règles restent complexes à mettre en oeuvre.

Voir plus

De nouvelles contraintes avec un impact opérationnel

Outre les dispositions déjà présentes dans la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, le GDPR comporte des mesures qui obligent les organisations à modifier leurs modes de gouvernance et à refondre leurs systèmes  de sécurité. Ainsi elles devront s'engager dans une démarche de "privacy by design" : incorporer des mesures techniques et organisationnelles de protection dès la conception du produit et service afin de se trouver en mesure de démontrer la conformité au règlement. De plus  le client doit pouvoir bénéficier du plus haut niveau de protection possible, ce qu'on appelle "privacy by default". Par exemple en cas d'utilisation de nouvelles technologies, la protection doit être activée par défaut. Un mécanisme d'auto-contrôle ou "accountability" au sein de la société est également requis.

L'autre nouveauté réside dans l'étude d'impact sur la vie privée (EIVP ou PIA) auquel est tenu le responsable de traitement.

La mise en place d'un DPO (Délégué à la protection des données)

L'une des nouvelles mesures phares du règlement donne pour obligation au responsable des traitements de documenter, démontrer la conformité des traitements (accountability) et de gérer les risques", explique Florence Bonnet, directrice du cabinet d'expertise en protection des données CIL Consulting by TNP. "Alors que le GDPR devrait être un sujet prioritaire sur l'ordre du jour du COMEX, les CIL /DPO ont souvent le plus grand mal à sensibiliser la direction aux enjeux liés à la protection des données et à obtenir les ressources nécessaires. Il faudra sans doute attendre le prononcé et la publication des premières sanctions pour prendre la mesure de leur impact à la fois sur le plan financier et économique mais aussi sur la réputation de l'organisation", estime Florence Bonnet.

Revoir la sécurité des systèmes

Le règlement exige également une déclaration des failles de sécurité de manière détaillée et documentées à l'autorité de contrôle (et au consommateur) "dans les meilleurs délais", et si possible 72 heures au plus tard après la prise de connaissance de l'événement. Le nouveau droit à la portabilité des données risque également de compliquer la tâche au responsable de traitement car il permet à l'assuré de récupérer les données pour les transmettre à un tiers. "La portabilité représente un chantier de mise en conformité important car elle suppose l'intemporalité des systèmes pour les rendre compatibles", décrit Isabelle Cantero, avocate associée au cabinet Caprioli.

Des outils pour faire face aux nouvelles dispositions

Une chose est d'avoir à respecter des règles inédites, une autre est de trouver les moyens de le faire. "Avec une multiplicité des parties prenantes comme les clients et les sous-traitants, le règlement sera plus difficile à gérer pour les grosses structures ... Consciente du problème, la Cnil  a élaboré un plan d'information et de communication structuré en vue d'aider les organisations à appréhender le règlement. Elle vient de publier une méthodologie en 6 étapes pour se préparer au règlement : désigner un pilote, cartographier les traitements, prioriser les actions, gérer les risques, organiser les processus internes et les documenter.

La certification entre dans le champ de la conformité

La certification reste un moyen de se mettre en conformité avec ses obligations en matière de protection des données. Le règlement oblige les organisations à labelliser leurs process. Actuellement la Cnil délivre quatre labels : audit de traitements, formations, gouvernance et coffre-fort. En ce qui concerne la sécurité des systèmes, la norme  internationale ISO 27001 représente un gage de conformité. Par ailleurs les éditeurs de logiciels ont anticipé les changements et proposent désormais des outils conformes au GDPR.

Un calendrier difficilement tenable

"Le règlement ne peut souffrir d'aucun retard", a prévenu Isabelle Falque-Pierrotin lors de la présentation du rapport d'activité 2016 de la Cnil le 27 mars dernier. Elle a ajouté que "les entreprises doivent absolument se mettre en marche". Seulement, l'impossibilité pour elles d'être prêtes le 25 mai 2018 fait quasiment l'unanimité auprès des professionnels. La Cnil a néanmoins reconnu que le Medef lui avait signifié qu'à ce jour, seules 10% des entreprises sont susceptibles d'être opérationnelles en 2018. "Même si nous assistons à un changement d'attitude sur la protection des données personnelles, il sera difficile pour les organisations de se mettre totalement en conformité en mai 2018", affirme Paul-Olivier Gibert. Pour autant, la Cnil veut croire que tout sera prêt en 2018. Elle a néanmoins concédé que pour les acteurs qui feront défaut en 2018, "nous adopterons une courbe de montée en charge en fonction de la taille de l'entreprise."

Sources : Article et données recueillies par  mind Fintech.

Fermer

La Fnac lance à son tour sa carte bancaire

La Fnac lance à son tour sa carte bancaire

Tags : Banque Carte Bancaire Innovation

Mai 2017

Article paru dans  Les Echos.fr  le 2 mai 2017

Après Orange ou Carrefour, l'enseigne de biens culturels veut fidéliser encore plus ses clients et tenter de capitaliser sur le succès d'Amazon.

Face à la menace d'Amazon Pay,  tout juste arrivé en France, la Fnac met les bouchées doubles.  Comme le révèle "Le Monde" ce mardi 2 mai, l'enseigne de biens culturels va lancer une carte bancaire en partenariat avec Crédit Agricole et Consumer Finance. Gratuite, elle servira de carte de débit supplémentaire au compte courant.

Voir plus

Si la Fnac Mastercard est accessible à tous, elle reste principalement pensée pour les détenteurs d'une carte de fidélité Fnac.  Dans son communiqué, Fnac précise qu'c1% des achats réalisés avec la Fnac Mastercard - y compris chez des concurrents - se cumuleront automatiquement pour les cinq millions d'adhérents Fnac, qui pourront les récupérer ensuite sous forme de chèques-cadeaux utilisables dans le réseau Fnac. Une manière de capitaliser un peu sur le succès d'Amazon en France. 

De plus en plus d'enseignes non-bancaires se lancent dans la carte

Cette nouvelle carte bancaire est la dernière des innovations du groupe Fnac-Darty, depuis le rachat de l'enseigne d'électroménager en avril 2016 . Fnac a ainsi multiplié les passerelles entre les deux groupes, comme dans les chèques-cadeaux, tout en développant un partenariat,  notamment avec Deezer . Fnac Darty avance à une cadence soutenue, et promet  d'atteindre un an plus tôt les synergies promises lors du rachat.

Cette annonce d'une carte bancaire s'inscrit également dans une tendance où des acteurs non-bancaires tentent d'investir le marché. Orange,  avec Orange Bank - dévoilée la semaine dernière -, ou Carrefour,  avec sa carte "C-zam" , veulent profiter de l'essor de l'usage du mobile pour continuer à fidéliser leurs clients, habitués ou non. 

Fermer

Vers une réglementation des big data ?

Vers une réglementation des big data ?

Tags : Banque Big Data ESA

Janvier 2017

Article publié sur le blog  C'est pas mon idée  le 30 décembre 2016

Parce que les mégadonnées (« big data ») offrent autant d'opportunités qu'elles induisent de risques, l'ESA – qui rassemble les 3 principaux organismes européens de régulation du secteur financier, ESMAEBA et EIOPA – lance une consultation afin de décider s'il est nécessaire de définir des règles spécifiques en vue d'encadrer leurs usages.

Voir plus

Les nouvelles technologies d'analyse de données et l'émergence de l'intelligence artificielle constituent désormais un thème d'exploration universel dans les institutions financières. Les bénéfices potentiels, autant pour les clients que pour leurs fournisseurs, commencent à se concrétiser, créant un effet d'emballement généralisé. En parallèle, les risques associés à ces initiatives apparaissent progressivement et sont mal maîtrisés. Pour les régulateurs, il devient donc urgent de dresser un premier état des lieux.

Avec une certaine sagesse, les autorités européennes considèrent qu'un certain nombre de textes existants sont déjà susceptibles de couvrir le sujet, par exemple en matière de protection des données personnelles, de cybersécurité, de transparence et d'information des consommateurs, de gestion des risques... En conséquence, elles ne se jettent pas immédiatement dans une course à la réglementation et préfèrent prendre le temps de la réflexion. La priorité porte d'abord sur la compréhension de l'ensemble des enjeux.

Pour remplir cette mission, les 3 organisations ont compilé un document préparatoire [PDF], qu'elles soumettent maintenant aux commentaires des parties prenantes. Dans la perspective d'établir un panorama à 360° des « big data » pour le secteur financier, ce travail à vocation à rassembler une liste exhaustive des opportunités et, surtout, des menaces à appréhender dans les usages envisagés. Quelles qu'en soient les suites, ce recueil constitue déjà une aide précieuse pour les acteurs concernés.

Du côté des bénéfices, les avantages perçus à travers les expérimentations actuelles sont dorénavant bien partagés. La personnalisation des produits et services en est un des principaux, ouvrant la voie à une meilleure adaptation de l'offre aux attentes des clients ou à des possibilités de servir une population jusque-là exclue (plus ou moins complètement) du système financier. L'impact sur les coûts est également mis en avant, que ce soit grâce aux gains d'efficacité ou par la création de nouveaux modèles économiques.

Il ne faut évidemment pas oublier les améliorations possibles dans les opérations, notamment au niveau de la lutte contre la fraude et autres activités illégales, de la cybersécurité ou même de la gestion de la conformité. La stimulation de l'innovation est enfin perçue comme un facteur important, par le renforcement des capacités à développer des processus et produits diversifiés, avec une meilleure qualité de service, mais aussi sous la forme de solutions rendant aux consommateurs le pouvoir sur leur argent.

En contrepoint, les éventuelles dérives sont tout aussi nombreuses et variées. Il en est, ainsi, des excès de la segmentation des consommateurs, si elle va jusqu'à un filtrage potentiellement générateur d'exclusion. Plus subtil, l'ultra-personnalisation des services peut également engendrer une perte totale de transparence, qui se concrétiserait par une information insuffisante, des difficultés à comparer des solutions concurrentes ou encore l'incitation à des pratiques déloyales (en mesurant, par exemple, la probabilité de défection de chaque client avant une augmentation de tarifs).

Dans un registre différent, il faut en outre se préoccuper des inévitables anomalies, erreurs et bugs qui affecteront à la fois les outils mis en place et les données collectées. En particulier, quels seront les recours des personnes dont les informations personnelles sont exploitées qui estimeraient être indûment désavantagées ? Comment juger impartialement ce type d'assertion ? Ces questions amènent ensuite à réfléchir aux risques de réputation et juridiques, puis aux problèmes de délégation de responsabilité...

Avant que les régulateurs ne s'emparent concrètement du sujet, il est évident que les interrogations soulevées par le travail de l'ESA – dont la plupart relève directement de l'éthique – doivent être prises en compte très sérieusement et dès aujourd'hui par les institutions financières. Il serait dangereux d'attendre une hypothétique réglementation pour apporter des réponses pratiques et raisonnées aux consommateurs qui ne manqueront pas de s'émouvoir de la multiplication des applications des « big data ».

Fermer

Budget Insight intègre les virements dans le PFM

Budget Insight intègre les virements dans le PFM

Tags : PFM

Décembre 2016

Article publié sur le blog   C'est pas mon idée  le 16 décembre 2016

L'agrégation de comptes est décidément le sujet brûlant de cette fin d'année, promettant de belles batailles avant l'entrée en vigueur de la nouvelle directive européenne des services de paiement (« PSD2 »). Dernier épisode en date, la jeune pousse française Budget Insight  proposera sous peu de réaliser des virements depuis sa plate-forme.

Voir plus

La gestion de finances personnelles (PFM) limitée à la consultation, sans aucune possibilité d'action, n'était donc qu'un premier aperçu des ambitions de la startup ! Les applications mobiles et les API (« interfaces de programmation applicative ») qu'elle met à la disposition de ses plus de 50 partenaires pourront offrir à leurs utilisateurs – à partir du premier trimestre 2017 – la capacité de gérer tous leurs transferts d'argent dans une même solution, quel que soit le compte sur lequel il souhaitent les réaliser.

Depuis le rééquilibrage de solde entre différents établissements jusqu'au versement en vue d'un investissement, pour les particuliers, et du paiement automatisé des salaires au règlement des factures, pour les professionnels, les utilisateurs retrouveront toutes ces possibilités (et bien d'autres) au bout des doigts, dans l'environnement qui leur fournit déjà une perspective à 360° de leurs comptes bancaires et de leur patrimoine (250 institutions financières connectées), ainsi que de leurs factures (250 fournisseurs intégrés).

Tandis que le concept de « banque plate-forme » que je défends (avec d'autres) depuis quelques temps suscite encore (parfois) une certaine incrédulité, force est de constater que ses briques constitutives commencent à se mettre en place. D'un côté, on voit aujourd'hui Budget Insight développer les services qui motoriseront ces futurs intermédiaires hybrides. De l'autre, un acteur comme WeSave  montre concrètement comment ces interfaces sont exploitées de manière à optimiser l'expérience client.


En conséquence, la menace sous-jacente ne peut plus être ignorée : quand les consommateurs et les entreprises auront pris l'habitude d'utiliser les services d'une telle plate-forme pour consolider et faciliter leur vie financière, les banques traditionnelles seront privées de la plupart des opportunités d'interaction avec leurs clients, dont elles ne connaîtront bientôt plus grand chose de leurs habitudes, préférences, besoins... Soit elles se résoudront alors à être des « usines » de produits (dont il faudra cultiver l'excellence), soit elles doivent envisager de devenir elles-mêmes agrégatrices de services.

Fermer

Les résultats des trophées des cartes innovantes 2015

Les résultats des trophées des cartes innovantes 2015

Tags : Carte Bancaire CDLK Innovation

Décembre 2015

CDLK Services, Lauréat dans la catégorie “Innovation Fintech & Start-Up".

Lors de cette même édition qui a eu lieu le 10 Décembre 2015 à l'Hotel Bristol de Paris, LCL a été également récompensé pour son nouveau programme Avantage+ dans les catégories “Fidélisation" et “CLO". LCL utilise la plateforme CDLK pour son programme Avantage+... 

Voir les lauréats 2015

 

Point Banque : premiers pas du CLO en France

Point Banque : premiers pas du CLO en France

Tags : Banque Cashback CLO

Décembre 2015

Article paru dans Point Banque, le magazine de l'industrie bancaire et des moyens de paiement, de décembre 2015.

LCL a lancé le 1er octobre dernier Avantage +, le premier programme relationnel carte, alias CLO – Card Linked Offers ou « offres liées à la carte » – une initiative qui risque d'être suivie courant 2016 par toutes les grandes banques de la place. 

Voir plus

Lancé par la société américaine Cardlytics, le principe du CLO repose sur une analyse par un organisme financier des dépenses effectuées par carte bancaire de ses clients en vue de leur proposer des promotions ciblées générant un cash back automatique en cas d'achat. Malgré la prudence dont font preuve les banques françaises à ce sujet, les raisons objectives d'un ralliement au concept de CLO sont nombreuses.

 

Fermer

LCL réinvente la carte bancaire qui rapporte

LCL réinvente la carte bancaire qui rapporte

Tags : Carte Bancaire Cashback CLO

Novembre 2015

Article de Aline Fauvarque paru dans  lerevenu.com le 19 novembre 2015

Alors que les banques s'interrogent sur les moyens de résister à l'«uberisation» des moyens de paiements, LCL a dégainé en proposant le premier service de récompense «cash back» sur vos achats par carte bancaire. Ouvrant la voie à une exploitation des données commerciales.

Voir plus

Le 1er octobre, LCL a lancé avec l'appui des commerçants  un programme de rétrocessions pécuniaires «Avantage +» qui vous fait profiter de rétrocommissions non négligeables sur vos achats, entre 4% et 10% dans la plupart des cas. Elles émanent aussi bien de e-commerçants que d'enseignes ayant pignon sur rue.

«J'ai acheté une machine à laver chez Conforama et huit jours après, j'étais crédité de 100 euros sur mon compte», se réjouit un client. Le délai de rétrocession peut s'allonger, le temps de s'assurer que l'achat est effectif, par exemple en cas de vente à distance ou si le client dispose d'un délai pour retourner la marchandise.

Jusqu'à présent, les programmes de ce type reposaient sur la seule banque, qui vous retourne un infime pourcentage sur tous vos achats ou des points permettant de rembourser votre cotisation de carte bleue. À présent, ce programme de fidélité fait intervenir les commerçants. LCL négocie avec eux afin qu'ils vous accordent des réductions.

Pour en bénéficier, les clients de LCL n'ont qu'à se connecter sur le site de la banque, s'inscrire au programme et cocher les offres dont ils veulent profiter. Après, tout est automatique. Inutile de s'embarrasser d'un code de réduction à recopier sur un site ou d'une carte de fidélité en magasin. La mécanique du système permet d'ailleurs la plus grande discrétion : le vendeur ne voit pas que son client bénéficiera de ce «cash back» et cela n'est pas mentionné sur son ticket de caisse.

Dans un premeir temps, le client choisit donc les offres parmi celles négociées par LCL pour tous ses clients, seuls les taux de réduction peuvent varier en fonction du niveau de carte bancaire : il faut bien récompenser les porteurs de cartes haut de gamme. 

Dans un second temps, il est prévu de proposer aux clients qui le veulent de recevoir des offres ciblées, en fonction de leurs achats antérieurs. "Ce sont les clients qui décideront s'ils autorisent ou non LCL à décortiquer leurs relevés de carte bancaire pour leur envoyer des offres individualisées explique Benoit Gruet" co-fondateur de CDLK, la "fintech" qui a conçu le programme.

LCL ne dit pas encore combien de clients se sont déjà inscrits mais se félicite d'avoir enrôlé plus d'une centaine de commerçants dans tous les domaines, un point clé. Avec cette offre de «cash back», la filiale du Crédit Agricole incite non seulement le détenteur de multiples moyens de paiement à utiliser la carte de LCL mais elle se donne les moyens d'entrer dans l'ère du big data. Et le Crédit Agricole pourrait suivre son exemple s'il s'avère concluant. L'enjeu est double.

Baisse des commissions par carte

Cette offensive vise d'abord à contrecarrer l'érosion des commissions sur les paiements par carte bancaire en accroissant leur utilisation. La carte bancaire représente aujourd'hui près d'un paiement sur deux en France (49,06% en 2013), un pourcentage que les banques souhaitent faire encore progresser, mais au prix d'une baisse des commissions qui devraient une nouvelle fois se réduire au 1er décembre prochain (0,2% ou 0,3% de la transaction).

L'autre objectif est de contrer l'intrusion de nouveaux opérateurs non-bancaires dans le domaine des paiements tel Paypal, qui revendique plus de 5 millions de clients en France. Dans cette bataille engagée avec un train de retard, les banques ont tout à gagner à resserrer leurs relations avec les commerçants qu'elles fournissent en TPE et dont elles assurent les règlements. Elles pourraient ainsi les fournir en données utiles à leur développement commercial, comme tous les nouveaux acteurs savent déjà le faire.

La bonne offre, au bon moment, au bon client

Les géants du Web fidélisent leurs adhérents par des primes et valorisent ensuite ce travail auprès des commerçants qui en assument le coût. De quoi vous attacher à leurs applications et e-wallet, et retirer aux banques leur fond de commerce. «Si nous avions affirmé notre volonté de nous battre sur ce terrain il y a quelques années, nous ne nous serions pas laissé tailler des croupières par Paypal», dit un banquier en test sur d'autres solutions dans l'objectif de proposer «la bonne offre, au bon moment, au bon client».

«Aux États-Unis, c'est la banque qui propose au commerçant de lui envoyer une clientèle correspondant à ses critères de revenus, de zone de chalandise ou de centres d'intérêts», explique Pierre de Brabois, consultant chez Kurt Salmon. Les banques ont des moyens pour utiliser leurs fichiers tout en conservant le secret bancaire. De plus, si des données personnelles sont fournies aux commerçants, votre accord est demandé. En France, la Cnil y veille de près, compliquant d'ailleurs certains développements souhaités par les banques et par leurs concurrents, mais l'évolution est en marche...

 

Fermer

LCL lance la première offre de commerce connecté en France

LCL lance la première offre de commerce connecté en France

Tags : Big Data Carte Bancaire Cashback Innovation

Juillet 2015

Article de Ninon Renaud, paru dans  Les Echos.fr le 6 juillet 2015

La banque proposera le 1 er octobre des offres commerciales ciblées. Elles découleront de l'analyse des données de paiement des clients volontaires.

Voir plus

C'est un premier mouvement qui devrait être observé de près par l'ensemble du secteur bancaire. Après un pilote cet été, LCL généralisera à partir du 1er octobre un programme d'offres commerciales personnalisées en fonction de l'analyse des flux de paiement des clients avec leur carte bancaire. Les quelque 4 millions de personnes majeures détenant un compte dans la filiale du Crédit Agricole pourront souscrire à ce programme baptisé Avantage + afin de percevoir des réductions de prix sous forme de « cashback » lors d'achats en magasin ou sur un site Internet

« Notre objectif est de faire bénéficier les clients LCL de cartes avec encore plus de valeur au regard de leur cotisation », explique Frédéric Lapeyre, directeur du marketing LCL pour le marché des particuliers. Le groupe bancaire espère avec ce programme innovant avoir trouvé la contre-attaque à nombre de concurrents qui ne facturent pas cette cotisation afin d'appâter le chaland. « Les réductions offertes chez les commerçants répondront aux besoins des clients et pourraient, en quelques achats, être supérieures au montant de la cotisation. Le “cashback" sera d'ailleurs d'autant plus important que le porteur aura une carte haut de gamme », souligne Frédéric Lapeyre. La banque peut ainsi faire coup double en poussant ses cartes les mieux margées.

En pratique, les clients devront se rendre sur leur site de banque en ligne pour adhérer au programme et recevoir des offres commerciales dans leur espace dédié. Il leur faudra ensuite sélectionner les promotions qui les intéressent afin de les associer à leur carte. Durant la période d'éligibilité proposée, il leur suffira alors de régler leur achat avec cette carte pour que le terminal de paiement du magasin ou le module de paiement de son site Internet y lient le « cashback » promis. Ce dernier sera reversé dans un délai de 48 heures au minimum, le porteur de carte pouvant visualiser sur le site Internet de sa banque ses achats en cours et le total des remboursements dont il a déjà bénéficié.

Transparence sur l'utilisation des données

Tous les trois mois, il devra confirmer son accord pour que la banque fasse bien le lien entre sa carte et son achat en magasin. « LCL prône la transparence quant à l'utilisation de ses données personnelles, qui ne quittent jamais la banque. Les clients se montrent favorables dès lors que ce sont eux qui choisissent et qu'ils en voient les bénéfices », assure Frédéric Lapeyre.

Il reste à convaincre les grandes enseignes correspondant au budget des ménages français de rejoindre le programme durant l'été et de consentir des remises suffisamment attractives. Si, en France, les offres de « cashback » existent déjà sur Internet, tout reste en effet à faire dans le monde physique. Mais LCL veut croire que les commerçants seront intéressés par le modèle économique de ce type de programme fondé sur la performance (voir ci-dessus). Contrairement à une publicité traditionnelle, ils ne paient en effet que si un client vient consommer chez eux. La banque espère ainsi offrir d'ici à deux ans 80 % de promotions en magasin pour 20 % en ligne.

Fermer

LCL se lance dans les offres marketing ciblées

LCL se lance dans les offres marketing ciblées

Tags : Carte Bancaire Cashback CLO

Juillet 2015

Article publié sur le blog  C'est pas mon idée le 6 juillet 2015

Après les rumeurs du printemps, le lancement serait désormais imminent, selon Les Échos : dans quelques mois, LCL deviendra la première banque française à intégrer des « offres liées à la carte » (ou CLO en anglais, pour « Card Linked Offers ») au coeur de ses services en ligne, pour être suivie plus tard, peut-être, par le Crédit Agricole.

Voir plus

Le programme « Avantage + » de l'établissement est tout à fait conforme aux standards du genre (américains, principalement) : sur la base d'une analyse de ses transactions (par carte) passées, le système sélectionne des promotions ajustées au mieux au comportement du consommateur et les lui propose ensuite au sein de son espace personnel. Une fois acceptées, les offres sont automatiquement appliquées lors des dépenses éligibles, sous la forme de reversements (cashback) sur son compte.Comme prévu, la plate-forme mise en oeuvre serait celle de CDLK (anciennement Cardlinkin'), le pionnier du sujet en France, combinée à l'expertise de Plebicom pour toute la partie concernant les relations avec les annonceurs. À travers cette initiative, LCL vise plusieurs bénéfices, en matière de fidélisation de sa clientèle, entre restitution de valeur sur les cotisations des cartes (face à la concurrence du gratuit), augmentation du volume des paiements par carte et attractivité des promotions distribuées.

Le système est simple et apparemment impossible à ne pas aimer, il fait fureur aux États-Unis, mais il peine à s'installer en Europe continentale. Pourquoi ? Par peur de réactions de rejet, comme ING en a déclenché aux Pays-Bas. Le risque est grand, en effet, de froisser les consommateurs, à la fois peu habitués (et, par conséquent, relativement peu réceptifs) aux coupons de réduction et prompts à s'inquiéter de l'utilisation qui est faite de leurs données personnelles, surtout quand elles sont aussi intimes que leurs achats.

Mais, visiblement, la tentation est trop grande pour y résister et LCL tente donc l'aventure. La banque veut toutefois mettre tous les atouts de son côté, en établissant un système d'opt-in (activation volontaire du service), à renouveler tous les 3 mois, et en insistant sur le fait que les données de ses clients ne sont jamais transmises à un tiers. Par ailleurs, le dispositif sera d'abord expérimenté, cet été, auprès de quelques utilisateurs pilotes avant une généralisation prévue, pour l'instant, au mois d'octobre.

Rendez-vous à cette date pour voir si le test du premier déploiement se déroule sans anicroche (à moins que la révélation des Échos ne soit auparavant montée en épingle par la presse, comme ce fut le cas avec ING). L'étape d'après consistera à vérifier si la valeur attendue est au rendez-vous, ce qui reste également à prouver. Et, derrière, il ne fait aucun doute que toutes les banques de l'hexagone (et probablement plus loin) surveillent cette expérience à la loupe, prêtes à rapidement suivre l'exemple de LCL.

Fermer

Les beacons ne servent-ils donc à rien ?

Les beacons ne servent-ils donc à rien ?

Tags : Beacon CLO

Juin 2015

Article publié sur le blog  C'est pas mon idée le 1er juin 2015

Lors de la récente édition californienne de Finovate, Digital Insight présentait une première démonstration de sa vision de l'usage des beacons dans une application bancaire. Voilà naturellement de quoi exciter la curiosité de ceux qui ne pouvaient être sur place (dont je fais partie). Depuis, la vidéo de l'intervention a été mise en ligne.

Voir plus

Hélas, il ne s'agissait en fait que d'une nouvelle itération sur des idées bien peu originales. Le cas d'utilisation proposé consiste en effet simplement à identifier le visiteur lors de son arrivée en agence, en profitant des détails connus de son rendez-vous – par exemple selon qu'il vient pour un crédit immobilier ou un projet d'investissement – pour lui offrir un minimum d'information contextuelle. Puis, à la fin de son entretien, lorsqu'il s'éloigne, il reçoit une notification l'invitant à exprimer son niveau de satisfaction.

La seule petite ouverture imaginée par Digital Insight arrive en toute fin d'intervention. Il s'agirait de compléter les promotions ciblées que délivre la banque à ses clients avec un système de « geofencing » les rendant plus efficaces. Plusieurs conditions doivent cependant être rassemblées avant de mettre en oeuvre ce mécanisme. Tout d'abord, il ne peut concerner que des établissements qui distribuent des offres (par exemple les adeptes des «  CLO »). Ensuite, il impliquerait probablement de distribuer (d'une manière ou d'une autre) des beacons aux commerçants.

Il n'est pas certain que beaucoup de banques se voient assumer un rôle de ce genre. Peut-être pourrait-il s'agir plutôt d'un modèle viable pour les fournisseurs de solutions de marketing (du type CardlyticsCardlinkin' et consorts).

Finalement, se pose surtout la question essentielle : n'y a-t-il rien de mieux à faire avec ces balises qu'un message d'accueil personnalisé, un questionnaire de satisfaction ou l'envoi de coupons de réduction contextuels ? À voir les expériences qui se multiplient autour de ces mêmes bases, qui plus est souvent mises en oeuvre sans avantage particulier par rapport à une localisation par GPS, il faut croire que non. Pire, rien ne prouve, pour l'instant, que les consommateurs sont intéressés par ces possibilités.

Alors, à défaut d'idée d'usage révolutionnaire et afin d'éviter la tentation du « coup » médiatique sans lendemain, la prudence devrait être de mise. Avant tout lancement, l'expérimentation s'impose, en minimisant les investissements (ce qui est parfaitement réaliste avec ces technologies) et en mesurant les résultats avec extrême rigueur. Dans de nombreux cas, y compris si vous pensez avoir inventé le concept du siècle, il ne devrait même pas être nécessaire de déployer des beacons, une simple géolocalisation pouvant faire l'affaire, au moins dans un premier temps.

Et il se pourrait bien qu'à la fin, on se rende compte que, malgré ses promesses, la technologie ne rencontre pas son public et soit vouée à finir au cimetière...

Fermer

Quand les banques deviennent des marchands connectés

Quand les banques deviennent des marchands connectés

Tags : Banque Big Data Carte Bancaire

Mai 2015

Article de Ninon Renaud, paru dans  Les Echos.fr le 29 avril 2015

Les banques françaises sont à deux doigts de franchir une nouvelle étape dans l'ère du shopping connecté, qui voit converger le monde du e-commerce et des magasins. Face au développement de nouveaux usages de consommation liés au mobile, elles se sont déjà toutes dotées de portefeuilles électroniques, mais, pour faire mouche, il manquait à ce contenant du contenu ! //.... Et ce grâce à une solution logicielle fournie par la start-up Cardlinkin', qui viendra s'implémenter sur le système d'information de la banque.

Voir plus

Protéger les données

Les banques assurent en effet avoir pris soin de protéger jalousement les données de leurs clients. « Le secteur veut préserver son image de tiers de confiance et il n'était pas question de mettre ces informations sensibles à disposition d'autres acteurs! », souligne un expert du secteur, qui garde en mémoire les déboires de ING. Le groupe néerlandais avait reçu une volée de bois vert en annonçant il y a un an qu'il était prêt à partager les données de ses clients avec des entreprises extérieures afin de leur permettre de mieux cibler les consommateurs.

Les banques sont d'autant plus soucieuses de rassurer leurs clients sur ce plan que l'enjeu est important. Source de commissions supplémentaires (voir ci-contre), en démocratisant les programmes d'avantages liés à la carte bancaire, ce type de solution peut renforcer aussi tout à la fois la fidélité de leurs clients et le recours à un moyen de paiement moins coûteux que le liquide ou le chèque.

Or, d'autres acteurs venus d'Internet se positionnent aussi sur ce nouveau marché. Pour cause : 90% des achats se font en magasin... Plebicom lui-même, qui opère le site eBuyClub - 2,5 millions de membres et 1.900 e-commerçants - est en passe de basculer son site de « cashback » dans le monde physique. Il s'est associé à Ingenico pour permettre aussi à d'autres acteurs disposant de sites d'avantages en ligne d'étendre leurs offres à des marchands traditionnels. Dans cette configuration, c'est la plate-forme d'Ingenico qui permettra de faire le lien entre le client, identifié par sa carte quand il paie sur le terminal de paiement, et Plebicom qui déclenche l'offre de remboursement. Le spécialiste de la fidélité en ligne a déjà trouvé un accord de poids : il prépare la bascule dans le monde physique d'ici à la fin de l'année du site Ma Galerie Marchande de MasterCard.

Fermer

Les « CLO » débarquent au Crédit Agricole

Les « CLO » débarquent au Crédit Agricole

Tags : Banque CLO

Mai 2015

Article publié sur le blog  C'est pas mon idée le 4 mai 2015

S'il ne fait absolument aucun doute que toutes les grandes banques françaises réfléchissent aujourd'hui à l'utilisation des données qu'elles détiennent sur leurs clientèles, il est tout aussi évident qu'elles hésitent à se lancer dans une aventure potentiellement risquée. Selon un  article des Échos, le Crédit Agricole s'apprêterait à franchir le pas...

Voir plus

L'initiative prendrait la forme classique (ailleurs dans le monde) d'« offres liées à la carte » (ou « CLO » pour l'acronyme anglais). Pour mémoire, son principe consiste à analyser les transactions individuelles de chaque client de la banque afin de lui proposer des réductions correspondant au mieux à ses habitudes de consommation. Ces promotions lui sont présentées dans ses relevés d'opérations en ligne : il n'a plus qu'à les accepter, d'un clic, pour qu'elles soient automatiquement appliquées lors d'un achat qualifiant (généralement par l'intermédiaire d'un remboursement sur son compte).

Le service mis en oeuvre par le Crédit Agricole serait celui de la jeune pousse française Cardlinkin', qui trouverait ainsi son premier client d'importance, un an et demi après sa création. Il s'agirait également d'un (petit) pied de nez à Visa qui essaie depuis quelques mois d'introduire en Europe la solution de son partenaire américain edō Interactive. Quoi qu'il en soit, le choix de faire appel à un spécialiste plutôt qu'à une réalisation interne fait preuve de bon sens, notamment par la difficulté à appréhender un nouveau métier.

En effet, le concept de « CLO », pour être à la fois efficace et pertinent vis-à-vis de ses utilisateurs et rentable pour la banque, n'est pas qu'une simple affaire de traitement et d'analyse de données. Certes, ces aspects techniques sont importants, mais la gestion des promotions (et des commerçants qui les distribuent) requiert, de son côté, une approche dédiée (que propose Cardlinkin'). Avec ses clients professionnels, le Crédit Agricole dispose certainement d'un vivier de prospects plus ou moins facilement accessible, encore faut-il leur vendre la solution.

Tout cela est cependant parfaitement réglé, les exemples de réussite – à l'image de  celui de Cardlytics aux États-Unis – ne manquant pas à travers le monde. Le danger pour le Crédit Agricole réside donc ailleurs. En premier lieu, il existe un frein culturel, nos compatriotes étant relativement peu adeptes des bons de réduction en tout genre qui prolifèrent dans d'autres pays. Mais, surtout, c'est la perception des consommateurs en matière d'intrusion dans leur vie privée qui représente un risque majeur.

Comme l'ont démontré, entre autres, les cas d'ING aux Pays-Bas et PostFinance en Suisse, dans des circonstances tout à fait similaires, la frontière est très étroite entre un nouveau service accepté – voire plébiscité – par les clients et une catastrophe de communication. Les réassurances concernant la sécurité absolue des données personnelles ne suffisent pas, c'est une véritable alchimie qui est à l'oeuvre. Pas étonnant, dans ces conditions, que les banques ne soient pas plus empressées...

Il est vrai que l'hexagone compte un précédent, à travers les Bons Plans de Fortuneo Budget, mais il reste tellement discret, à l'écart des services bancaires proprement dits, qu'il ne peut réellement constituer une référence. Alors, s'il confirme son initiative, le Crédit Agricole a toutes les chances de devenir le poisson pilote du sujet : en cas de succès, il faut s'attendre à une déferlante chez toutes ses concurrentes, en cas d'échec, les projets « big data » prendront encore du retard dans l'ensemble du secteur.

Fermer

Oui, le marketing lié à la carte est efficace !

Oui, le marketing lié à la carte est efficace !

Tags : Carte Bancaire CLO

Avril 2014

Article publié sur le blog  C'est pas mon idée le 25 avril 2014

Alors qu'elles n'ont toujours pas décollé en France, les « offres liées à la carte » (CLO en acronyme et en anglais) avaient déjà prouvé leur capacité à conquérir les consommateurs américains. Elles font désormais la démonstration de leur efficacité pour les responsables marketing, selon une étude commanditée par Bank of America.

Voir plus

Rappelons tout d'abord en deux mots de quoi il est question. Le principe du CLO, plus ou moins inventé par la jeune pousse Cardlytics, s'appuie sur une analyse des dépenses (telles qu'elles ressortent de l'historique des opérations antérieures) pour proposer des promotions ciblées, imputées directement sur les achats réalisés avec la carte bancaire associée au programme. Exemple classique : un paiement passé chez Burger King déclenche une réduction de 5$ chez McDonald, automatiquement appliquée à la prochaine transaction correspondante.

Le concept est séduisant mais, pour les commerçants qui l'adopte, les résultats sont-ils à la hauteur des attentes ? C'est la question à laquelle a voulu répondre Bank of America, en réalisant une enquête auprès des directeurs marketing membres du CMO Club (représentant principalement des grandes structures). Et la réponse est incontestablement « oui », même s'il faut conserver un minimum de prudence avec un sondage orchestré par un établissement directement intéressé au sujet (via sa plate-forme BankAmeriDeals, motorisée par Cardlytics).

Plus précisément, parmi les répondants qui ont eu l'occasion d'utiliser une solution de CLO, 9 sur 10 ont mesuré un effet positif sur leurs ventes, ce qui conduit une immense majorité d'entre eux (98%) à considérer que ces programmes sont efficaces pour atteindre leurs cibles privilégiées et ils sont presque autant (96%) à affirmer qu'ils continueront à employer cette technique pour leurs futures campagnes. Les autres bénéfices qu'ils en retirent comprennent l'amélioration de la fidélité (avec une augmentation des ventes répétées), une croissance de la fréquentation des boutiques...

Et ces avantages s'accompagnent naturellement des caractéristiques jugées essentielles par les responsables de marketing pour une approche de qualité et fructueuse : une excellente connaissance du client au service d'un ciblage extrêmement précis, ainsi que des outils de mesure du succès des campagnes. Un autre aspect à ne pas négliger est l'importance qu'ils accordent au recours à un partenaire reconnu, fiable et digne de confiance, qui tend à justifier le rôle que peuvent jouer les banques sur ce marché.

En dépit de ses atouts, le CLO reste pourtant méconnu et sous-utilisé, même aux États-Unis (où le seul Cardlytics opère ses programmes pour plus de 400 institutions financières). Ainsi, plus de 60% des personnes interrogées n'ont jamais testé ses possibilités et la moitié de ceux-là ne connaissent pas son mode de fonctionnement. Un important effort de sensibilisation sera donc nécessaire pour les acteurs qui tenteront de répliquer ces modèles en Europe (par exemple Birdback et CardLinkin'), notamment ceux qui visent plutôt les petits commerces.

Fermer

Nouveaux moyens de paiement : la bataille des données

Nouveaux moyens de paiement : la bataille des données

Tags : Big Data Carte Bancaire

Février 2014

Article de Jacques Henno, paru dans  Les Echos.fr le 4 février 2014

Pour les banques, les opérateurs de téléphonie et les géants de l'informatique, le paiement par mobile présente un enjeu majeur : mieux connaître nos habitudes de consommation.

Voir plus

Aujourd'hui, une consommation dans un café se paie généralement en espèces. Demain ? Nous sortirons notre smartphone. Voilà, en tout cas, le scénario sur lequel planchent tous les acteurs économiques impliqués de près ou de loin dans l'évolution des moyens de paiement : les banques, les émetteurs de carte, les opérateurs de téléphonie mobile, les enseignes de la grande distribution, des start-up et les grands noms de l'informatique mondiale, qui espèrent bien développer de nouveaux services à partir des données collectées lors de ces achats.

Si tout se passe bien, l'évolution en France devrait se faire en trois temps : « Je ne peux pas affirmer quand exactement le plastique va disparaître, mais je pense qu'après l'adoption de la carte sans contact la deuxième étape devrait être la migration de la puce de votre carte bancaire dans la carte SIM de votre téléphone, puis la généralisation des “wallets", les portefeuilles électroniques sous forme d'applications sur les terminaux mobiles », résume Régis Folbaum, directeur général de MasterCard France.

La première étape, amorcée il y a dix-huit mois, est le passage à la carte bancaire sans contact : il suffit d'approcher une carte équipée de la technologie NFC (Near Field Communication) d'un terminal de paiement électronique (TPE) adapté pour payer les achats de moins de 20 euros sans avoir à entrer son code secret (le PIN reste nécessaire pour les montants supérieurs). Cela permet de payer de façon plus fluide en caisse, ce qui fait gagner du temps au commerçant et au consommateur. « Nous pensons que les consommateurs vont aussi acquérir un nouveau réflexe – avancer un objet vers le TPE pour payer – qui devrait favoriser l'adoption du paiement à l'aide de leur téléphone mobile », espère Hugo Salaun, directeur paiement et NFC chez SFR.

C'est le deuxième étage de la fusée : le paiement avec son smartphone NFC, sur le même principe que la carte sans contact. La France a retenu la technologie « SIM centric » : l'élément de sécurité – l'équivalent de la puce de la carte bancaire – est stocké sur la carte SIM du téléphone. Avec la géolocalisation de celui-ci, les banques devraient pouvoir mieux sécuriser les transactions, et les opérateurs auront accès à certaines données commerciales. Les banques, les émetteurs, les opérateurs de téléphonie mobile et les grandes enseignes ont mis plus de six ans à se mettre d'accord sur les normes et les tarifs.

« Les choses vont bouger cette année : trois banques, BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Mutuel-CIC, vont lancer la déclinaison de leur carte bancaire sur mobile et la SNCF, par exemple, va lancer des sites pilotes où vous pourrez acheter votre titre de transport régional avec votre mobile », poursuit Hugo Salaun. Avant d'ajouter : « C'est un sujet sur lequel on doit être très humble : il y a un saut quantique à faire pour abandonner la carte à puce, entrée dans les moeurs depuis trente-deux ans. » De plus, le risque de piratage d'une carte bancaire installée sur un téléphone connecté en permanence à Internet n'est pas nul. « Il est indispensable que l'ensemble des acteurs soit vigilant à la sécurité de ces solutions innovantes, afin que la confiance des utilisateurs dans leurs moyens de paiement, quels qu'ils soient, soit maintenue en France », explique Alexandre Stervinou, adjoint au chef du service de la surveillance des moyens de paiement de la Banque de France.

Ultime étape – du moins pour l'instant : le « wallet », ou portefeuille électronique, sur le modèle de PayPal. Le consommateur confie à un tiers de confiance ses numéros de carte bancaire, ainsi que toutes ses cartes de fidélité ou coupons de réduction, bref toutes ses habitudes de shopping ! Il lui suffit ensuite de taper un code confidentiel pour payer un achat à partir de son ordinateur, mais aussi de son smartphone ou de sa tablette dans les transports en commun, dans un magasin ou un restaurant... Du coup, tous les acteurs proposent déjà leur « wallet » : les émetteurs de carte (Visa avec V.me, MasterCard avec MasterPass), les banques (La Banque Postale, BNP Paribas et Société Générale avec Paylib), les enseignes (McDo, associé à PayPal en France, ou Starbucks avec Square aux Etats-Unis) essaient de rattraper PayPal (143 millions de comptes actifs dans 193 pays, dont 6 millions en France) et de prendre de l'avance sur Apple (plus de 500 millions de clients iTunes), sur Google (qui a relancé un « wallet » en 2011 aux Etats-Unis), ou sur  Facebook (945 millions d'utilisateurs sur mobiles dans le monde)...

Une question de confiance

« Ces acteurs venus du monde de l'Internet possèdent des masses de données énormes et se demandent comment les transformer en actes de paiement ; les banques, au contraire, font du paiement, possèdent des données fortement sécurisées et pourraient les utiliser pour développer de nouveaux services », commente Willy Dubost, directeur systèmes et moyens de paiement de la FBF (Fédération bancaire française). « Avec les moyens de paiement du futur, les banques risquent d'être court-circuitées par les nouveaux acteurs ; si elles veulent rester dans la course, elles devront profiter de ces nouvelles technologies pour offrir des services beaucoup plus complets à leurs clients, comme l'analyse très fine de leurs dépenses », estime Emmanuel Viale, directeur des Technology Labs d'Accenture à Sophia-Antipolis.

Quel tiers de confiance l'emportera ? « Les principaux atouts des banques sont leur savoir-faire dans le paiement, leur maîtrise de la sécurité et la confiance que leur témoignent leurs clients », argumente Marc Espagnon, responsable des moyens de paiement chez BNP Paribas. « Nous pensons que le paiement est très lié au monde des télécoms : ce sont des métiers de réseaux, de sécurisation, d'authentification des clients et où une très grande confiance dans la marque est nécessaire », réplique Hugo Salaun.

Signe que la question de l'utilisation des données est primordiale, la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) a décidé de lancer un contrôle de PayPal, à la suite des modifications de son « règlement relatif à la vie privée » survenues en octobre dernier : celui-ci permet désormais la collecte de la géolocalisation des acheteurs et l'utilisation des données pour la publicité ciblée. « Nous sommes une banque et donc soumis au secret bancaire », se contente de rappeler Gimena Diaz, directrice générale de PayPal France.

Jacques Henno

 

Les chiffres clefs
En 2012, il y avait 60,6 millions de cartes bancaires CB en France.
Fin 2013, 28,3 % de ces cartes étaient sans contact et 10,2 % des terminaux de paiement CB acceptaient le sans-contact.
Fin 2013, il y avait 75,5 millions de cartes SIM mobiles en France et 5,3 millions de mobiles compatibles NFC Cityzi, c'est-à-dire capables de se substituer à une carte bancaire.

Fermer

Les achats par CB valent de l'or

Les achats par CB valent de l'or

Tags : Banque Big Data

Janvier 2014

Article paru dans  le figaro le 20/01/2014, par Anne de Guigné.

BNP Paribas et la Société générale pourraient se lancer dans l'exploitation des données sur les transactions de leurs clients.

Voir plus

Les banques françaises devraient bientôt franchir le pas. Comme leurs homologues américaines, britanniques et espagnoles, elles exploiteront les informations provenant des cartes de paiement de leurs clients pour vendre des campagnes de publicité ou de marketing sur-mesure.«Nous avons accès à l'ensemble des achats des clients, explique un banquier français, qui explore le sujet. Nous pouvons qualifier les dépenses par grands thèmes et vérifier à tout moment s'il a consommé son budget mensuel pour chacun.»

Aux États-Unis, cette pratique, initiée au départ par  Bank of America, s'est développée massivement depuis 2005. Les banques confient les données de paiement de leurs clients à des sociétés de traitement de données marketing comme Cartera ou Cardlytics. Celles-ci proposent ensuite aux grandes enseignes comme aux petits commerçants des campagnes promotionnelles très ciblées. Un client habitué des grands magasins J.C. Penney recevra, par exemple par le biais de ce service, des courriels de l'enseigne concurrente Macy's lui proposant des réductions sur ses produits préférés. Dans le modèle américain, l'intermédiaire et la banque sont rémunérés à chaque achat du client. Le marché est évalué pour les banques américaines entre 2 et 4 milliards de dollars de revenus supplémentaires à horizon 2015.

Vie privée

En France, l'exploitation des données privées étant très encadrée, les banques ne peuvent pas se contenter de décalquer la solution américaine. La loi française leur interdit en effet d'externaliser les données et leur traitement. Elle exige aussi que les intéressés donnent formellement leur accord à leur utilisation. Malgré ces contraintes réglementaires, qui obligeront les banques à exploiter en interne les fichiers, les grands établissements français travaillent tous sur le sujet. Selon nos informations, BNP Paribas  et la Société générale seraient les plus avancés. BNP Paribas pourrait même sortir un projet pilote dès le premier semestre 2014. «Les banques réfléchissent à ces projets d'exploitation des données bancaires, confirme Nathalie Chabaud, responsable de la communication de Visa France. Visa réfléchit à leurs côtés. Elles avancent chacune à leur rythme et en fonction de leur stratégie marketing.»

Ce marché du marketing direct auprès des clients est estimé, en France, autour de 3 à 4 milliards d'euros. Les banques ne devraient gagner qu'un petit pourcentage de ce marché. «En moyenne, évalue Jean-Philippe Poisson, associé du cabinet Elia, cette activité pourrait rapporter aux banques 4 euros de produit net bancaire par client équipé d'une carte bancaire.» Avec 6,8 millions de clients dans son réseau français, BNP Paribas pourrait ainsi s'octroyer un supplément de revenu de 27 millions d'euros annuels. Un apport modeste comparé à un produit net bancaire annuel de près de 7 milliards d'euros en 2012 pour l'activité de banque de détail française du groupe. Mais, dans le contexte actuel de taux bas, qui lamine la rentabilité des établissements, tous les petits ruisseaux sont bienvenus... Reste à savoir comment réagiront les Français, moins fanatiques de promotions que les Américains et plus sourcilleux sur leur vie privée.

Fermer

France – CardLinkin la start-up monétique du smart-shopping

France – CardLinkin la start-up monétique du smart-shopping

Tags : Big Data CDLK CLO

Janvier 2014

Article paru dans  monéticien.com, le 16/01/2014 par Georges Langeais

Initiée au printemps 2012 et officiellement créée en juillet 2013 par Messieurs Benoit Gruet et Patrick Villeneuve, la start-up « Cardlinkin » se positionne sur le marché du smart shopping offrant aux établissements de paiement un modèle innovant issu du domaine des « Payment Information Value Added Services » (PIVAS). Sujet d'actualité, s'il en est, tant les enjeux sont importants pour les acteurs de la monétique en recherches de relais de croissance et de nouveaux services en 2014. Vous trouverez ci-après, l'interview d'un des fondateurs afin de décrypter le positionnement et la stratégie de la société.

Voir plus

CarLinkin est un nouvel entrant avec une offre en plein essor aux États-Unisappelée « card linked offer » proposant aux banques d'exploiter leur connaissance clients basée sur l'historique des transactions. La start-up souhaite séduire à la fois l'établissement de paiement (émetteur de cartes bancaires), mais aussi le marchand (grande enseigne, commerce de proximité et site de ventes à distance). La plateforme, développée par la société, repose donc sur l'exploitation des données transactionnelles de type « carte » auprès des commerçants via un programme « client bancaire » d'offres promotionnelles ciblées.

Monsieur Benoit GruetCEO de CardLinkin, nous a accordé une interview afin de mieux connaitre cette offre se présentant sur le marché de la monétique une dimension « time to market » particulièrement forte.

Monéticien : Votre offre se compose d'une solution en trois étapes, analyse anonymisée des données du client, ciblage d'une population de consommateurs et communication des offres du marchand. Comment se différencie votre offre avec les programmes de fidélité déjà existants sur le marché et utilisés par les acteurs, à l'instar de la grande distribution ?

B.G : C'est à la fois un programme de fidélité destiné aux banques et également unoutil marketing de ciblage puissant pour les commerçants. Pour les banques, cela permet d'augmenter la volumétrie des opérations monétiques mais aussifavoriser le taux de pénétration de l'usage de la carte bancaire au point de ventes. Pour les  marchands, la solution vise à générer du trafic via des offres promotionnelles avec une possibilité de ciblage inégalée. L'enseigne marchande peut privilégier, soitl'animation de sa clientèle existante, soit l'acquisition de nouveaux clients. A titre d'exemple, une des problématiques connues chez le marchand aujourd'hui est, entre-autre, de « réactiver » la relation avec ses anciens clients.

Monéticien : L'objectif pour le commerçant est d'augmenter son chiffre d'affaires grâce à votre programme de fidélité. Comment déterminez-vous le profil du client afin de cibler au plus juste, une offre à laquelle, il peut répondre favorablement ?

B.G : La solution Cardlinkin permet au marchand de concevoir sa campagne et définir sa proposition d'offres promotionnelles en exploitant différents paramètres de ciblage. Parmi ces critères, notre plateforme propose un tri par type de dépenses(localisation, Récence, Fréquence, Montant (RFM), type d'industrie, etc.) à croiser avec lesdonnées socio-démo disponibles comme l'âge, le genre, etc... Pour se faire, notre portail interroge en temps réel, par requêtes, la base de données des porteurs de carte et ceci en garantissant à 100% qu'aucune donnée ne sorte de la banque, même anonymisée. C'est un point de différenciation spécifique à la solution technique développée par notre entreprise, si on la compare aux solutions de Card-Linked-Offer existantes sur le marché.

Monéticien : Comment choisissez-vous les offres marchands et à quel moment intervient l'établissement de paiement dans la décision finale ?

B.G : Naturellement tous les commerçants ne sont pas éligibles à la plateforme car ils doivent correspondre à une ligne éditoriale que nous définissons conjointement avec les banques partenaires. Par souci d'efficacité, les offres promotionnelles retenues doivent correspondre aux attentes des clients en termes d'image, d'accessibilité et de générosité. Nous opérons une solution « monético-marketing » dans un cadre pré-défini conjointement avec les banques associées à la plateforme.

Monéticien : Votre solution de « smart-shopping » est basée sur la simplicité du service proposé au porteur de la carte bancaire d'un établissement de paiement. Pouvez-vous nous expliquer le modèle économique de votre société ?

B.G : Vous avez raison, l'attrait de notre solution repose sur la simplicité pour le porteur. Via sa carte, il active une offre de son choix en un seul clic et, se rend dans l'enseigne concerné pour y faire son achat sans coupon. Son compte bancaire est crédité par sa banque sous 48 heures automatiquement. Concernant le modèle économique, lemarchand paie une commission marketing selon la performance de son offre. Selon le niveau d'activité généré, un pourcentage de cette commission facturée par Cardlinkin, est reversé à la banque partenaire.

Monéticien : Votre offre est disponible actuellement sur le marché français. Avez-vous des ambitions de développement à l'international, à quelle échéance et quels sont les pays visés par votre programme de développement ?

B.G : Notre solution IT a été développée en interne pour répondre précisément aux attentes des banques en France et plus largement en Europe Continentale. La Belgique, l'Italie ou encore la Russie sont des marchés avec lesquels nous avons eu des premières sollicitations et pour lesquels, nous souhaitons envisager une présence dans l'avenir. Ceci étant dit, notre focus reste à court-terme, le marché français. Il représente un fort potentiel avec 45 Millions de porteurs, 30 milliards de dépenses marketing annuelles et des attentes fortes des 5 /6 grands émetteurs de carte bancaire concernant l'exploitation vertueuse de leur données clients.

Nous vous remercions chaleureusement, Monsieur Benoit Gruet, pour cette interview exclusive et vous présentons nos voeux de succès au développement de votre activité.

La Rédaction

Fermer